Blanchir la page



Viendra l’heure où tout s’éteindra, sans tapage ni violence. Les personnages auront quitté la scène, les spectateurs auront repris le cours de leur existence, les derniers témoins se seront rétractés, l’histoire aura coagulé et il ne restera plus rien de cette autre vie d’un autre âge.


J’allais écrire : « nous oublierons », mais en vérité même cet improbable « nous » sera tombé dans l’oubli.


Ce sera le temps retrouvé des cahiers vierges et affamés. Ce sera le temps perdu des paysages qui s’effacent à mesure qu’on les dessine. Ce ne sera ni un bien ni un mal, ou peut-être un peu des deux. Une douleur réparatrice ? Un étouffant apaisement ? Nouveau départ ou point final, seule la page, peut-être, emportera la décision.



Janvier 2020



────────────────────────────────────────────────────────────────────────

↩️ TEXTES PERSONNELS


🏠 ACCUEIL



/textes/