Piqué



J’ai été piqué par une guêpe. Ici, à la main droite. (Il désigne une minuscule empreinte violacée, à la base de l’annulaire.) J’ai porté sa frayeur en moi pendant trois jours. Une enflure sur le dos de la main qui étirait la peau à tel point que je ne pouvais plus fermer le poing. Et la guêpe affolée qui continuait de voler dans ma tête, se cognant partout, incapable de maîtriser sa trajectoire inexorable vers la mort. Et puis ce matin, plus rien. L’enflure avait disparu, et avec elle l’ankylose et les démangeaisons. L’effroi de l’insecte, je l’ai oublié aussi. S’il n’y avait cette petite trace à l’endroit de la piqûre, je pourrais même me demander si cette guêpe a jamais existé. (Il baisse la voix, comme s’il se parlait à lui seul maintenant.) J’ai piqué bien des gens moi aussi. À chaque fois que l’angoisse me prend, c’est plus fort que moi, il faut que je pique. Je ne cherche pas à nuire, j’ai juste besoin de lier ma douleur à quelqu’un. Mais je ne laisse aucune trace dans la mémoire de mes victimes. Je suis une bien mauvaise guêpe, une guêpe sans venin… (Il se détourne un instant, les yeux mouillés, ne dit plus rien. Vous vous éloignez sur la pointe des pieds, en vous frottant machinalement le dos de la main. Ça passera. Vous oublierez.)



1994



────────────────────────────────────────────────────────────────────────

↩️ TEXTES PERSONNELS


🏠 ACCUEIL



/textes/